p1270568

Albums & Littérature Jeunesse


Matilda– Roald Dahl (Gallimard Jeunesse)

lecturematilda

Quatrième de couverture :

« L’autre jour, nous avons vu Mlle Legourdin attraper une fille par ses nattes et la projeter par-dessus la barrière du terrain de jeu ! »

Mon avis : 

Ce livre est conseillé pour les enfants à partir de 9 ans.

Matilda est une enfant de cinq ans, surdouée. Ses parents la pense bête et incapable. Elle est, très tôt, livrée à elle-même et mise à l’écart par sa famille. C’est en rentrant à l’école que la petite fille va s’affranchir d’avantage du regard de ses parents. Elle va trouver un repère en dehors du cercle familial et va voir en sa maîtresse un modèle. Matilda, c’est un récit humoristique où l’on nous présente des personnages loufoques (comme la directrice de l’école, Mlle Legourdin…) et stéréotypés (comme la mère de Matilda décrite comme « Mafflue, aux cheveux teints en blond platine à l’exception des racines […] lourdement maquillée […] comprimée de partout pour enrayer un effondrement général. » (p.26).

Malgré le ton humoristique, le message est profond, c’est celui d’un enfant qui n’a pas été désiré et qui cherche à s’affranchir du regard de ses parents. C’est la rencontre avec les livres et son entrée à l’école qui vont être les éléments déclencheurs propices à  son épanouissement.

Soit on reste sur une lecture « superficielle » de ce roman et l’on s’amuse des personnages farfelus, soit on en fait une analyse plus poussée et l’on comprend l’importance de la lecture et de l’apprentissage dans l’épanouissement de soi (au-delà des déterminismes sociaux et culturels).

La fin est une « déception »… Je conseille tout de même cette lecture.

Thèmes: famille, enfance, école, livres, rencontre, mystère

Ma note : ★★★☆☆

Avril 2017


Le scarabée d’or– Edgar Allan Poe (Gallimard Jeunesse)

lecturelescarabeedor

Quatrième de couverture :

Un étrange scarabée qui ressemble à une tête de mort… Un message secret indéchiffrable… Une île fréquentée autrefois par un redoutable pirate… Il n’en faut pas plus à l’excentrique William Legrand pour se lancer tête baissée dans une folle chasse au trésor. Un palpitant récit d’aventures, par celui que Jules Verne appelait autrefois «le chef de l’École de l’étrange».

Mon avis :

Ce livre est conseillé pour les enfants à partir de 12 ans.

On nous raconte cette histoire à travers les yeux du narrateur, ami de Mr Legrand. Ce dernier a découvert un scarabée d’or et en fait part à son ami (le narrateur dont on ignore l’identité). Animé par cette découverte, il emporte avec lui le narrateur et le lecteur qui pensent très vite que l’homme est devenu fou à cette découverte. Ce récit nous rappelle dans un premier temps celui de Wilde (« Le portrait de Dorian Grey », dont j’ai fait l’article ici) ou encore celui de « La vénus d’Ille de Mérimée (dont je parlerai dans un prochain article). Cette histoire intriguante tient en haleine le lecteur jusqu’à la révélation… De quelle nature est le scarabée ? D’où vient la soudaine folie de Mr Legrand ? Trouvera t-on un trésor ou tout ceci n’est-il que pure fantaisie et démence ? Poe se joue de nous et on en redemande !

Thèmes : île, découverte, insecte, pirates, trésor, mystère

Ma note : ★★★★☆

Mars 2017


La bibliothécaire– Gudule (LDP Jeunesse)

p1270612

Quatrième de couverture :

Pourquoi la vieille dame qui habite en face de chez Guillaume écrit-elle très tard la nuit ? Quelle est cette jeune fille qui ne sort de chez elle qu’à la nuit tombée ? Pour résoudre ces mystères, Guillaume se lance dans un fantastique voyage au pays des livres et de l’écriture.

Mon avis :

Ce livre est conseillé pour les enfants à partir de 10 ans.

Guillaume est un jeune garçon qui n’aime pas le français. L’orthographe, la grammaire… très peu pour lui ! Jusqu’à cette apparition : cette vieille dame, cette jeune fille… Tout bascule ! Il part à la poursuite de la demoiselle et le voilà embarqué dans un voyage littéraire dont il reviendra changé. Malheureusement, l’histoire s’enchaîne trop vite et il n’y a pas forcément de lien entre les différentes aventures. Guillaume va entrer dans de nombreux romans et contes et rencontrer, entre autre, Le Petit Prince. Je vous partage un de mes passages préférés :

 » – Je déteste les livres où les gens meurent.
– C’est parce que tu ne les ouvres pas à la bonne page, dit le petit prince.
– Comment ça ?
– Ce qu’il y a de bien avec les histoires, c’est qu’on peut toujours revenir en arrière.
– Que veux-tu dire ?
– C’est l’avantage qu’ont les livres sur la vie réelle. Dans la vie réelle, quand un drame arrive, on se dit : « Comme j’aimerais retourner dans le passé, profiter du bonheur d’avant ! » La lecture nous donne cette possibilité : il suffit de reprendre les chapitres précédents, et on revit les moments que l’on aime chaque fois qu’on le désire. »

Je pense que ce livre peut aider les enfants ayant des difficultés en français ;  il dédramatise l’erreur. En s’identifiant au héros, l’enfant comprend que rien n’est définitif et que la passion permet de surpasser les difficultés (ici en orthographe…). Ce roman raconte l’histoire d’amour naissante entre Guillaume et la jeune fille, entre le jeune garçon et les livres. On sent l’envie de l’auteure de faire partager son goût du livre-plaisir mais, malheureusement, la fin de l’histoire m’a laissé un sentiment d’inachevé.

J’ai particulièrement apprécié les illustrations de C. Durual.

En voici l’une d’entre elles :

p1270613

Thèmes: enfance, rencontre, livres, mystère

Ma note : ★★★☆☆

Octobre 2016


L’homme montagne – Gauthier-Fléchais (Delcourt jeunesse)

p1260982

Quatrième de couverture :

Grand-père et l’enfant aiment voyager. Ensemble, ils ont parcouru le monde. Mais grand-père ne peut plus avancer, les montagnes qui ont poussé sur son dos tout au long de sa vie sont devenues trop lourdes aujourd’hui. Même le vent ne peut plus le porter. Alors l’enfant ira chercher le vent le plus puissant, celui qui peut soulever les montagnes. Ainsi commencera pour lui le plus grand des voyages.

Mon avis :

J’ai tout d’abord été attirée par les illustrations de ce livre, c’est donc dans un premier temps les dessins magnifiques et oniriques qui m’ont convaincu.

Regardez plutôt… :)

p1240202

Et puis, j’ai lu cet album (… cette BD ; je ne sais pas trop comment le/la qualifier ^^) et j’ai été transportée par l’histoire de cet enfant et de son voyage initiatique. Cette histoire est une belle allégorie de la vieillesse, de la mort. Elle parle de deuil, mais aussi et surtout d’héritage. Elle facilitera surement le dialogue entre les parents et les enfants sur ce sujet délicat. J’ai aimé le message positif malgré le sujet grave.

Thèmes : famille, deuil, voyage, grandir

Ma note : ★★★★☆

Septembre 2016